Hanza

Hanza tree in the Zinder region of Niger Republic

Hanza (Boscia senegalensis, Capparaceae)

 

Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, cette plante fut transformée en symbole de sécheresse et de faim. Particulièrement résilient, les graines de Boscia senegalensis ou hanza, étaient presque la seule source d'aliment calorifique disponible pour des centaines de milliers de Sahéliens durant les famines de 1972 et de 1984. Bien que ceci souligne son importance en sécurité alimentaire, de nombreux gens ne mangeaient pas ses graines par gré mais par contrainte, et cela s'est ancré dans la mémoire populaire. Pour aggraver les choses, les graines exigent un désamertumage de quatre à cinq jours avec des changements d'eau fréquents pour dégager une très haute concentration de glucocapparin, un type d’essence de sénevé ou huile de moutarde.1 Durant les famines, des personnes sans maîtrise de la technique de préparation se sont ruées sur l'aliment, et avec les sécheresses, il est probable que d'autres aient eu des insuffisances d'eau pour la bonne transformation. Par conséquence, certains ont mangé du hanza mal désamertumé, ce qui n'est ni agréable au goût, ni bon pour la santé. Mais lorsque transformé correctement, la graine du hanza devient un aliment de base à sa pleine valeur comme l'haricot ou les céréales. Elle contient environ 20 % de protéines après désamertumage,2 60 à 70 % de glucides,3 et des doses utiles de zinc et de fer.4 Elle est un aliment de résistance, reconnue par la population rurale pour donner une bonne énergie pour les travaux physiques prolongés tel que les labours des champs et durant la saison froide.9 Elle est aussi dite compatible avec les consommateurs souffrant du diabètes. A noter que l’eau utilisée pour le désamertumage ne peut être réutilisée pour l’arrosage dans le marécage5.

La plante du hanza pousse entre les pluviométries de 100 et 600mm, à travers toutes les longitudes de la bande sahélienne. Elle a tendance à former des zones de concentration où sa présence devient très abondante. Elle tolère les sols très durs mais n'aime pas les sables de dunes. Sa fleuraison commence en octobre et novembre, et les fruits grossissent très lentement pour ne mûrir qu'en juillet. Les fruits offrent un jus sucré qui entoure la graine, et qui peut être transformé en confiture. Les pieds de hanza produisent en moyenne 2 à 3 kg de graines séchées par année,5 6 soit une production de 800 kg par hectare. Ceci est environ le double de la moyenne des céréales du Niger qui tourne autour de 400 kg par ha.

La déstigmatisation de cet aliment est en pleine voie au Niger, et une entreprise sociale à démarré une exploitation modernisée de l'aliment, produisant des biscuits, conserves, pop-corns, farine et autres produits hanza. Divers reportages dans les médias locaux ont couvert cette innovation.7 Plusieurs communautés expriment aujourd'hui leur souhait de faire une meilleure exploitation du hanza de leurs contrées, et de faire revenir cet arbre là où il a disparu.

 

 

1Garvi J., Garvi-Bode R.D. 2014. Removing glucosinulates to create food security in the Sahel. Poster presented at ‘Glucosinolates and beyond.’ Third Internat. Glucosinolate Conf.. Wageningen UR, Netherlands, 12-15 Oct.2014

2Taehee R. Kim; Andrzej Pastuszyn; Dorothy J. Vanderjagt; Robert S. Glew; Mark Millson; Robert H. Glew 1997. The nutritional composition of seeds from Boscia senegalensis (Dilo) from the Republic of Niger. Journal of Food Composition and Analysis 10:73-81.

3Salih, Omar M., Nour, Abdelazim, M. & Harper, David B. 1991. Chemical and nutritional composition of two famine food sources used in Sudan, Mukheit (Boscia senegalensis) and Maikah (Dobera roxburghi). Journal of the Sciences of Food and Agriculture 57:367-377.

4Taehee R. Kim; Andrzej Pastuszyn; Dorothy J. Vanderjagt; Robert S. Glew; Mark Millson; Robert H. Glew 1997. The nutritional composition of seeds from Boscia senegalensis (Dilo) from the Republic of Niger. Journal of Food Composition and Analysis 10:73-81

5Maman Mato, H. 2014. Evaluation de la capacité de la productivité du « hanza » dans la région de Zinder. Rapport interne, Sahara Sahel Foods, Zinder, Niger.

6Van Dam, P. 2014. Analysis of the adoption process of hanza (Boscia senegalensis) in the region of Zinder, Niger Republic. BSc thesis, Soil Phsic and Landmanagement Group, Wageninge University, The Netherlands. 33 pp.

7Sahara Sahel Foods: www.saharasahel.org and www.saharasahelfoods.com . Retrieved November 2014.

8 Salih, Omar M., Nour, Abdelazim, M. & Harper, David B. 1991. Chemical and nutritional composition of two famine food sources used in Sudan, Mukheit (Boscia senegalensis) and Maikah (Dobera roxburghi). Journal of the Sciences of Food and Agriculture 57:367-377.

Small hanza bushes in the field
Fruiting hanza bush
Very small hanza bushes